Aller au contenu principal
projet ecommerce article

Le projet e-commerce : des illusions aux solutions

Les débats sont souvent houleux entre développeurs web et e-commerçant néophytes qui se lancent dans la vente en ligne et qui décident d’utiliser ce que le marché du e-commerce offre de moins onéreux pour lancer une activité de vente en ligne.

L’avènement des systèmes de gestion de contenu comme Shopify a complètement bousculé les codes du e-commerce et désormais, c’est la ruée vers l’or. Malheureusement, beaucoup d’e-commerçants néophytes négligent les aptitudes stratégiques et les compétences techniques qui permettent d’éradiquer les zones d’ombres qui entourent le développement de site et qui sont si spécifiques aux technologies qui peuvent être déployées.

Le succès du projet e-commerce dépend avant tout de choix stratégiques

J’ai formé de nombreux clients qui ont connu les affres de l’échec entrepreneurial à cause d’un projet e-commerce qui n’intégrait aucune stratégie digitale : pourquoi vendre un produit sur internet quand on ne sait pas évaluer l’intérêt qu’il suscite dans les recherches ? Pourquoi créer une boutique en ligne quand on ne développe aucune aptitude à comprendre les enjeux du e-commerce ?

Avant de se pencher sur les besoins fonctionnels d’une boutique e-commerce, il faut être en mesure d’évaluer le potentiel commercial de ce type d’activité. Le e-commerce peut être expérimental et il est vrai que c’est un terrain de jeu pour tout entrepreneur curieux et connecté. Cependant, la stratégie digitale doit permettre de fixer un plan d’action qui va permettre de générer un trafic qualifié. Sans cette étape qui consiste à formaliser ses objectifs, la vente en ligne fait pschitt.

Le dropshipping ou l’arnaque du concept get-rich-quick

Le e-commerçant néophyte a cette fâcheuse tendance à négliger le marketing stratégique et à privilégier les solutions techniques qui lui permettent d’aller vite. La conjoncture économique incite certains entrepreneurs à se tourner vers le e-commerce mais les vendeurs indépendants ont toujours autant de mal à évaluer les ressources nécessaires pour développer une activité de vente en ligne. Hâter le développement d’un e-shop est un bien mauvais choix pour l’entrepreneur et c’est une grossière erreur de penser que le dropshipping puisse être rentable pour un e-commerçant.

Il y a beaucoup de micro-entrepreneurs qui jaillissent de nulle-part et qui pensent pouvoir faire fortune grâce au dropshipping. L’euphorie est de très courte durée quand le e-commerçant comprend qu’en dropshipping, il est impossible de négocier son prix d’achat chez un grossiste. Comme le prix de vente dépend bien évidemment du prix d’achat, difficile d’imaginer un taux de marge très élevé quand on se positionne sur la vente d’un produit dont le coût est non négociable.

Les technologies Closed-Source inondent le marché du e-commerce

Shopify est une plateforme de commerce électronique de type SAAS qui attire de nombreux e-commerçants. L’abonnement basique coûte 29 dollars et peut satisfaire les ambitions de vendeurs peu exigeants. La plateforme est dénuée de cette complexité technique qui caractérise le développement web et c’est ce qui renforce sa popularité auprès des entrepreneurs.

Cependant, derrière cette accessibilité déroutante et cette communication qui vante les mérites d’une solution e-commerce universelle, je décèle plusieurs contraintes à utiliser ce système de gestion de contenu de type Closed-Source (Shopify développe un modèle de site propriétaire au code source inaccessible).

  1. Migration du système impossible
  2. Code source propriétaire et infrastructure de site immuables
  3. Hébergement des données dans le cloud de Google
  4. Sauvegarde inutilisable hors du framework Shopify
  5. Clôture du compte qui engendre la suppression des données
  6. Extensions et thèmes visuels onéreux
  7. Manque de flexibilité pour la personnalisation des pages
  8. Référencement SEO bridé sur le plan technique

Les CMS Open-Source à la rescousse du e-commerçant

Comme vous pouvez le constater, ce n’est pas très avantageux de développer un projet web avec les pieds et poings liés… Ni de mettre systématiquement la main au portefeuille pour émanciper les fonctionnalités de sa plateforme de vente en ligne. Quand on se lance dans le e-commerce, il faut être en mesure d’assumer la gestion technique, éditoriale et commerciale de sa boutique en ligne et ceci, sans aucune restriction. En privilégiant les solutions Open-Source, on facilite le développement commercial de son activité e-commerce car ces technologies sont gratuites et personnalisables.

Quel est le meilleur CMS Open-Source ?

Concrètement, c’est celui qui vous permettra d’atteindre vos objectifs ! Le choix du CMS est primordial mais il ne faut pas négliger la qualité de l’hébergement web car elle a un impact sur la disponibilité de votre boutique en ligne et son opérationnalité.

Prestashop Vs Wordpress

Prestashop s’adresse aux e-commerçants qui veulent enregistrer un gros volume de vente et gérer des milliers de combinaisons de produit. Le CMS vous permet de commercialiser plus de 100 000 produits.

Wordpress est plus limité puisque le module Woocommerce propose beaucoup moins d’options relatives à la gestion des produits et des vendeurs. Il faut aussi savoir que le système commence à montrer ses limites si votre catalogue produit excède les 2000 références.

Design et ergonomie de site

Le CMS Wordpress propose une pléiade de page builders qui s’adressent aux gestionnaires de site qui n’ont pas de compétences techniques en intégration web. Une mise en page peut être réalisée en exploitant une interface visuelle et un environnement de travail que Prestashop ne propose pas.

Sur Prestashop, les optimisations ergonomiques et la mise en page sont plus difficiles à appréhender car la plateforme propose un processus très spécifique pour gérer l’apparence et le positionnement des modules sur chacune des pages. Les hooks ou points d’accroche facilitent le développement front-end mais seulement pour les utilisateurs expérimentés.

Les 3 points clés pour se lancer en e-commerce

Dans un premier temps, il faut mettre en place une gestion de projet efficace et planifier ses actions. Que l’on décide de développer sa boutique e-commerce seul ou que l’on confie sa réalisation à une agence digitale. Pour atteindre ses objectifs, il faut définir ses cibles et évaluer les moyens qui doivent être mis en œuvre pour développer l’activité e-commerce. Le processus stratégique qui consiste à organiser et à planifier ses actions, permet de garantir la faisabilité du projet e-commerce.

Dans un second temps il faut évaluer les ressources et compétences disponible pour réaliser une communication graphique efficace. Si l’identité visuelle de marque est négligée, il sera difficile de valoriser le concept e-commerce et les produits qui doivent être promus.

Enfin, dans un troisième temps il ne faut jamais sous-estimer les contraintes techniques et financières liées au lancement d’une activité de vente en ligne. La stabilité de la boutique en ligne dépend de la qualité du développement de site. Ne cédez pas aux explications réductrices de certaines agences qui vous promettent des solutions techniques infaillibles. La création d’une boutique e-commerce est un challenge technique, même pour les développeurs chevronnés !

Dans la plupart des cas, le e-commerçant doit s’appuyer sur les compétences d’un développeur web pour se libérer du casse-tête technique que représentent la création et les mises à jour d’une boutique en ligne.

Partir à la conquête du e-commerce grâce à de nouvelles compétences

Les entrepreneurs qui se lancent en e-commerce souffrent souvent d’une pénurie de compétences et d’un manque d’autonomie qui les pénalisent au niveau de la gestion éditoriale du site internet. En effet, le « bricolage » fonctionne dans une certaine mesure mais c’est bel et bien un marketing visuel abouti qui permet de reléguer la concurrence au second plan. Pour pouvoir être remarqué, il faut savoir briller et se démarquer grâce à un concept e-commerce qui influence la perception du client. C’est toujours très positif de se lancer dans le e-commerce avec beaucoup d’engouement et de spontanéité… Mais développer et consolider des compétences pour mener de main de maître un projet e-commerce, c’est plus cohérent et indispensable pour maitriser les tenants et aboutissants de la vente en ligne.

Commentaires